La suora giovane, de Giovanni Arpino

Par Miranda Martino

Giovanni Arpino - La Bibliothèque italienneGiovanni Arpino est un auteur dont il faut reconnaître la juste place dans la littérature italienne, son œuvre ayant engendré des intuitions qui ont énormément contribué à notre culture. Ce fut le premier en Italie à parler d’Osvaldo Soriano, écrivain argentin qui a mêlé le football à l’écriture. En outre, il a écrit le premier roman italien s’inspirant du football, Azzurro Tenebra. Dans le film Profumo di donna, réalisé en 1974 d’après son roman Il Buio e il miele (1969), le protagoniste aveugle est joué par Vittorio Gassman. Quelques années plus tard, en 1992, la version hollywoodienne Scent of a woman sortit et le rôle fut interprété par Al Pacino.

Cette année, on fête les 30 ans de sa mort et les 90 ans de sa naissance. Turin, la ville où il a vécu la plus grande partie de sa vie, le célébrera avec plusieurs événements qui lui seront dédiés.

Une ame perdue, Arpino, La Bibliothèque italienneLa Suora Giovane (Una âme perdue) a été publié chez Einaudi en 1959. Il s’agit d’un roman court qui ravit le lecteur ; pour ma part, je l’ai lu en quelques heures. Je me suis trouvée à côté du protagoniste, le comptable Antonio Mathis, à l’arrêt du tram 21, dans un Turin glacial, la nuit, entre la fin de 1950 et le début de 51, dans l’attente de Serena. Serena a vingt ans et lui en a quarante. Les deux personnages se rencontrent chaque soir à l’arrêt du tram. Elle s’y trouve à juste raison, tandis que lui n’a aucune destination, seul l’anime le désir de rester à ses côtés pendant le trajet. Ils sont loin, ils ne communiquent pas, mais Antonio raconte son inquiétude à travers les pages de son journal. Il décrit les soirées glaciales sur le quai, les nuits, ses pensées sur cette jeune femme intouchable. En effet, c’est une religieuse.

Voilà le quai du tram, la voilà.

Elle est debout, immobile, menue, attendant le tram, m’attendant.

Elle attend que je traverse le boulevard, que je monte moi aussi sur le quai en ciment, que je m’installe à quelques pas d’elle. Nous attendons ensemble le tram, elle reste immobile, en regardant fixement le trottoir du côté opposé ; j’enfonce mes mains dans les poches de mon manteau, sous mes doigts j’aperçois mes paumes moites (elles le sont encore, pendant que j’écris), je n’arrive pas à saisir un mot, à creuser une idée, un fil de courage. Je devrais faire quelque chose, me rapprocher, parler. Mais quoi dire ? Comment ? Comment se rapprocher d’une religieuse et lui parler ?

La suora giovane, Arpino - La Bibliothèque italienneAntonio Mathis prendra son courage à deux mains et découvrira que la jeune femme attendait qu’il fasse le premier pas. Le comptable se mettra à discuter. Et il perdra la raison. Arpino est parvenu à rendre le frémissement des amoureux à travers une prose sèche. Par une langue raffinée et directe, Arpino restitue la sensation d’égarement qui saisit les protagonistes, le lecteur vivant ainsi les froides nuitées hivernales de Turin, perturbées par la passion qui anime le comptable et la religieuse.

Arp. — l’auteur signait souvent ainsi — était un intellectuel très fin et particulier, comme un vin que l’on garde pour des occasions importantes. Giovanni Arpino correspondrait à un Barolo. Des meilleures années.

Traduction de Marta Somazzi 

1 Trackback / Pingback

  1. Le Salon International du Livre de Turin a fêté ses 30 ans – La Bibliotheque Italienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :