Petit guide des librairies d’anciens et d’occasion à Rome

Par Alessandro Melia

libri italiani - La Bibliothèque italienneEn 1929, Stefan Zweig écrivit Le Bouquiniste Mendel pour rendre hommage à la culture et raconter un des piliers de la société de son époque : le livre. Le héros, Jacob Mendel, passait ses journées au café Gluck en lisant (il connaissait tous les livres et il savait où les trouver) et en négligeant la vie qui l’entourait, à tel point qu’il ne s’aperçut même pas que la Grande Guerre avait éclaté.

À peu près un siècle plus tard, dans nos villes, ensevelis sous des montagnes de livres d’occasion que personne ne veut plus, il y a des hommes et des femmes qui passent leurs journées comme Jacob Mendel. La façon la plus simple de les rencontrer, c’est d’entrer dans une librairie d’antiquaire ou d’occasion. Ce sont eux les gardiens des œuvres (des premières éditions, des raretés) d’écrivains dont on n’entend plus parler, car on ne les publie plus ou, tout simplement, car la mort les a condamnés à jamais. Pour n’en citer que quelques-uns : Antonio Delfini, Anna Maria Ortese, Mario Soldati, Anna Banti, Lalla Romano, Tommaso Landolfi, Paolo Volponi. Mais aussi des recueils de poésie de Sandro Penna, Giorgio Caproni, Vittorio Sereni, Attilio Bertolucci, Guido Gozzano ou les livres critiques désormais indisponibles de Giovanni Macchia, Gianfranco Contini, Emilio Cecchi, Pietro Paolo Trompeo, Giacomo Debenedetti. Tous des auteurs à récupérer.

pagine-romane, La Bibliothèque italienne

À Rome, les librairies d’antiquaire ou d’occasion – à l’exclusion des études bibliographiques et de ceux qui n’opèrent qu’avec eBay – ne sont qu’une vingtaine. Parmi elles, dix-sept sont associées et elles ont créé l’Associazione Pagine Romane, dans le but de divulguer la culture à travers les formes traditionnelles du livre d’occasion et d’antiquaire, ainsi que des produits sur papier tels que les gravures, les photos, les ouvrages graphiques, les bandes dessinées, les cartes postales et les documents. Malheureusement, au cours des dix dernières années, de plus en plus de librairies ont été obligées de fermer.
Pour l’heure, si vous souhaitez rencontrer des Jacob Mendel contemporains, voici les bonnes adresses à Rome :

Libreria Simon Tanner
Via Lidia, 58/60

Libri Necessari
Via degli Zingari, 22/A

Libreria Onofri
Via Chiana, 46

Libreria Il Segnalibro
Via Oslavia, 52

Libreria Coliseum
Via del Teatro Valle, 47

Equilibri
Via degli Equi, 14

Serendipity
Corso del Rinascimento, 16

Libreria Tara
Piazza Teatro Di Pompeo, 41

Libreria Ex Libris
Via dell’Umiltà, 77

La linea d’ombra
Piazza di Campitelli, 2

Libreria Giulio Cesare
Viale Giulio Cesare, 59

Libreria Pugacioff
Via Busiri Vici, 34

Libreria Fantinel
Via Goldoni, 20

Libreria Aiace
Via Ugo Oietti, 36

Libreria ‘900 di carta
Via Acqui, 9b

Libreria Arcobaleno
Via Emilio Faà di Bruno, 17

Libreria Mazzini
Viale Mazzini, 83

Libreria Tombolini
Via Quattro Novembre, 146

Libreria Yelets
Via Nomentana, 251

Libreria Cesaretti
Via di Piè di Marmo, 27

Libreria Cicerone
Largo Chigi, 1

Libreria Borromini,

Via degli Orfani, 91

Roma - La Bibliothèque italienne

 

Traduction de Marta Somazzi

Cet article est disponible en version originale sur le site de Alessandro Melia

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :